Merci à Stéphane Aït-Ouarab pour ces morceaux de vie dans le cath'lab...